TRESIP

TRESIP

« Travail étudiant, réussite scolaire et insertion professionnelle »

Durée : 36 mois (fin 2010 – 2013)
Appel à projets Région Poitou-Charentes 2009/2010
Thématique Régionale : Education et Egalité d’Accès aux Savoirs et aux Services Publics

Les proportions de jeunes cumulant travail et études varient considérablement selon les pays de l’Union Européenne même si dans tous les pays, une part non négligeable de jeunes travaille tout en poursuivant leurs études. La forme duale de l’enseignement notamment dans l’enseignement secondaire lorsqu’il institutionnalise l’alternance entre formation scolaire et formation en entreprise, explique en grande partie ces variations entre pays. Il semble cependant que dans l’enseignement supérieur, les différences entre pays soient beaucoup plus faibles et mieux expliquées par les différences d’âge des étudiants que par des modes d’enseignement spécifiques.
Depuis 1980, du fait de la démocratisation de l’enseignement supérieur et l’allongement des études le travail en cours d’études est devenu un élément important des analyses sur les conditions de vie étudiante, sur la réussite des étudiants ainsi que sur l’insertion professionnelle. Il a plusieurs facettes : à la fois ressource financière et source d’expérience professionnelle, il est au centre d’une dialectique qui le montre à la fois gênant pour la réussite des études, mais nécessaire pour financer et donc poursuivre des études et plutôt bénéfique lorsqu’il s’agit de trouver son premier emploi à la sortie du système éducatif.

La mesure du travail durant les études varie avec l’enquête utilisée comme l’indique en France un rapport récent du Haut Comité Education Economie Emploi (Chirache S., Pomarede J.B. (2008), Le travail en cours d’études, Synthèse du Hceee).
Selon l’Observatoire National de la Vie Etudiante (OVE), près de trois quarts des étudiants exercent une activité rémunérée soit pendant l’année universitaire soit pendant les vacances d’été. Pour 13,2% il s’agit d’une activité concurrente des études (emploi au moins à mi-temps tenu au moins 6 mois par an). Le Céreq montre, avec les enquêtes Génération, que 75% des jeunes sortis du système éducatif en 2004 (hors apprentissage), ont exercé une activité professionnelle au cours de leurs études mais majoritairement pour des petits boulots. Seuls 17 % déclarent avoir exercé un emploi régulier, c’est-à-dire une activité salariée qui les occupe au moins huit heures par semaine tout au long de l’année scolaire.

Ce projet s’intéresse au rôle de l’emploi salarié dans les trajectoires étudiantes avec comme objectifs de :

- 1) Repérer des typologies d’étudiants salariés c’est-à-dire définir de façon précise le ou les profils des étudiants devant occuper un emploi salarié durant les études.
- 2) Etablir une relation entre l’emploi salarié dans le cadre des études et la réussite universitaire. L’idée est ici de mettre en évidence une relation entre le fait de travailler durant ses étudiants et les résultats obtenus à l’issue des examens.
- 3) Mesurer le rôle de l’emploi salarié à plus long terme c’est-à-dire sur l’insertion professionnelle. L’idée est ici de voir si, l’emploi salarié durant les études, peut-être valorisé dans le cadre du premier emploi occupé à la sortie de l’université.

Les partenaires :
- 1) Centre de Recherche sur l’Intégration Economique et Financière (Crief – E.A. 2249). Coordinateur.
- 2) Université de Toulouse 1 Capitole. (TSE-Gremaq et CRM).
- 3) Institut de Recherche sur l’Education (Irédu), Université de Dijon, Centre associé au Céreq.
- 4) Observatoire de la Vie Etudiante (convention de recherche pour l’obtention des données régionales).
- 5) Université de Poitiers (service statistiques de l’Université pour l’accès aux données « insertion » et « évaluation »)

Contact° : Pr. Liliane BONNAL (CRIEF – E.A. 2249) liliane.bonnal@univ-poitiers.fr

Recherche

Menu principal

Haut de page