Axe 3 : plus d’informations

Axe 3 “Les frontières du corps”

Responsables : Frédéric Chauvaud & Michel Briand

Cet axe a noué de nombreux partenariats (Espace Mendès France, Cité internationale de l’Image et de la bande dessinée, Magelis, la Fanzinothèque, le TAP….). il a également pour visée de mettre en chantier une quatrième thématique: Corps et environnement.

Thématique 1. Corps et BD (resp. Frédéric Chauvaud, histoire contemporaine, et Denis Mellier, Littérature comparée)

La bande dessinée, comme l’illustre les dernières livraisons de la revue Le Débat et ses Cahiers de la Bande dessinée (nouvelle série, oct-déc. 2017), est devenu un objet légitime, même si elle s’avère encore peut présente institutionnellement dans l’Université française. De la même manière que le roman ou le film, la BD raconte des histoires, elle propose une description de la société dans laquelle nous vivons, elle interroge aussi l’avenir. Si la littérature graphique s’est développée plus récemment vers l’autobiographie et le domaine de l’intime, les fictions du monde qu’elle propose, n’en permettent pas moins d’en décoder les difficultés, les points sensibles et les espoirs. Toutefois, la perspective retenue, en collaboration avec la Cité internationale de la Bande dessinée et de l’image (CIBDI), est celle du corps. Après avoir étudié le corps des criminels et des victimes, le corps difforme et grotesque, puis le corps augmenté et le corps handicapé, il est envisagé, pour les prochaines années, de traiter des gestes, puis du corps en fête. Seront également abordés, en partenariat avec un projet de recherche régionale, le corps des femmes, le corps des vieillards mais aussi celui des êtres étranges mis à l’honneur par la science fiction visuelle. Si « Toute littérature est assaut contre la frontière », comme le soulignait Franz Kafka, il s’agit bien d’insister sur le nécessaire décloisonnement des approches dans une société de plus en plus complexe.

Thématique 2. Corps malmenés (resp. Lydie Bodiou (histoire ancienne), Marie José Grihom (psychologie clinique) et Frédéric Chauvaud (histoire contemporaine)

Depuis une vingtaine d’années, les travaux sur le corps ont connu un renouveau très important. Les analyses et les regards disciplinaires se sont multipliés. L’objet corps, pour être saisi dans son infini complexité, a besoin d’approches croisées. Le corps supplicié, le corps handicapé, le corps meurtri par les intempéries ou par les conflits armées, le corps brutalisé lors de rixes interpersonnelles ou dans le cadre de violences sexuelles ont fait l’objet de travaux de qualité.

Après avoir traité du féminicide (colloque, journées d’études, séminaire, article de valorisation), la priorité sera donnée au corps handicapé, au corps malade et aux violences familiales et sexuelles. Des partenariats avec l’Espace Mendès France permettront de traiter du corps ambulatoire (le déplacement et le triage des blessés et des malades, la manipulation des cadavres ou bien du corps malmené par le biais du handicap (les regards sur), tout en s’adressant au grand public par des approches renouvelées. Les violences conjugales et familiales centrées sur le corps permettront de s’attacher aussi bien aux circonstances, aux agresseurs qu’aux victimes. Une rencontre sera à l’ordre du jour pour proposer un inventaire des circonstances, des domaines et des effets induits par les agressions et les attaques faites au corps.

Thématique 3 : Images et mises en scène du corps (resp. M. Briand, littérature grecque, FoReLL, & Leila Selimbegovic, psychologie sociale, CeRCA)

Suivant une approche inter- voire trans-disciplinaire,  cette thématique s’intéresse notamment aux images et mises en scènes du corps en tant que construction sociale et culturelle et espace sensible pouvant servir de support d’expression, de communication, de conflit, d’apprentissage ou d’empathie. Il s’agit d’étudier, d’une part, les conditions de mise en place de ces images et mises en scène, et, d’autre part, les effets que celles-ci peuvent produire. Ces questions se situent à la croisée d’enjeux philosophiques, psychologiques, littéraires, artistiques, esthétiques, historiques, sociologiques, politiques, juridiques, ou encore anthropologiques. L’intérêt se portera notamment sur la figuration du corps, selon le médium employé et les effets recherchés, sujette à l’interprétation et impliquant une  pragmatique des images, fixes et en mouvement. Nous étudierons aussi le corps du récepteur, lecteur, spectateur: ses émotions et pensées, son rapport avec le corps représenté, mis en images et en scène (dans les arts plastiques et scéniques, dans la publicité, la propagande politique, la littérature, ou la BD). Enfin, une attention particulière sera accordée aux jeux d’échange et d’influence réciproque entre les images et mises en scène et le récepteur actif, individuel ou collectif.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page