Axe 3 court

Axe 3 “Culture et Patrimoine”

Responsables: Dominique Moncond’huy & Frédéric Chauvaud

S’inscrivant dans le champ large des humanités, cet axe vise à mieux comprendre la culture des sociétés occidentales de l’Antiquité à nos jours, à travers le traitement et l’analyse de données patrimoniales matérielles ou immatérielles. Il a vocation à opérer des croisements transdisciplinaires avec les autres sciences sociales et des disciplines plus éloignées (informatique, imagerie numérique, médecine, paléontologie etc.) et il s’articule à plusieurs titres avec les industries culturelles et les préoccupations citoyennes contemporaines. Il organise des journées annuelles qui fédèrent l’ensemble des enseignants-chercheurs impliqués (par exemple la description en juin 2015). Il se déploie autour de quatre thématiques :

  • “Collections et cabinets de curiosités” (dir. V. Meyer and D. Moncond’huy). Réunissant notamment des historiens, des historiens de l’art et des littéraires (avec le concours de musicologues), cette thématique entend croiser les approches d’enseignants-chercheurs qui, chacun dans leur domaine spécifique, rencontrent les problématiques liées aux collections, d’hier et d’aujourd’hui. Depuis 2014, ils ont pris pour objet d’étude le catalogue (deux journées d’études, en 2014 et 2015 ; une autre à l’INHA en 2015).
  • “Déficience, handicap, violence : le corps à l’épreuve” (dir. F. Chauvaud.). Rassemblant des historiens, des psychologues, des juristes, des littéraires, etc, cette approche entend privilégier, à la fois dans la longue durée comme dans l’actualité la plus immédiate, les travaux sur le corps. Sont notamment abordées les violences sexuelles et corporelles dans la bande dessinée, les enquêtes contemporaines, la littérature ou les archives judicaires. Les travaux en cours portent à la fois sur le corps : déficient, handicapé ou victimaire.
  • “Des données aux discours : les Humanités face aux signes et à leur notation” (dir. S. Finding). Fédérant des enseignants-chercheurs de plusieurs disciplines (linguistes, civilisationnistes, littéraires, historiens, musicologues etc.), cette thématique tourne autour de la question du signe et de sa notation. La confrontation à différents fonds, à des archives et à des documents de nature différente, induit une réflexion partagée sur la nature, la perception et les usages de ces données spécifiques.
  • “Des signes d’aujourd’hui pour une réalité d’hier : restitution virtuelle d’environnements antiques” (dir. N. Dieudonné-Glad). Impliquant une étroite collaboration avec des informaticiens et des architectes, ce projet mené par des historiens et des archéologues est entièrement tourné vers la restitution virtuelle et marie donc démarche scientifique et résolution de problèmes techniques de divers ordres, pour mieux parvenir à une valorisation potentiellement tournée vers le public le plus large.

Recherche

Menu principal

Haut de page